Cover

Journée internationale des infirmières: Étude de cas de la semaine

24 Mars 2020


Les soins infirmiers au cœur du traitement de la tuberculose chez l’enfant : Tadjikistan

Contributeur : Zamira Rahmonova, et ses collègues Rapport de MSF sur la prise en charge de la tuberculose chez l’enfant au Tadjikistan, 2018 TB

Le rapport de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) sur la tuberculose dans le monde en 2018 a mis en évidence des lacunes importantes dans la détection et dans la gestion des cas de tuberculose chez l’enfant. Pour combler ces lacunes au Tadjikistan, qui présente l'un des taux les plus élevés de tuberculose multirésistante (MDR) au monde, des personnels infirmiers participent à un nouveau modèle multidisciplinaire destiné à améliorer la détection et la prise en charge des cas de tuberculose.

Depuis 2015, des personnels infirmiers du ministère tadjik de la santé et du programme de soins pédiatriques complets contre la tuberculose de Médecins Sans Frontières (MSF) collaborent à un dépistage actif et systématique, dans certaines régions du pays, au sein des familles où ont été enregistrés des cas de tuberculose chez les enfants ou les adultes. Connue sous le nom de recherche des contacts, cette méthode est efficace pour trouver des cas inconnus ou non diagnostiqués et lancer un traitement destiné à améliorer les résultats et à minimiser ou prévenir le risque de nouvelle transmission.

Les enfants sont plus vulnérables aux formes graves de la tuberculose, comme la méningite tuberculeuse, et passent plus rapidement du stade de l'infection à la maladie. Il est donc essentiel de rechercher quels enfants ont été en contact avec des adultes atteints de tuberculose pour identifier les enfants non diagnostiqués et leur faire suivre un traitement.

Le programme est aussi l’occasion de traiter d’autres aspects : éducation à la santé ; détection d'autres problèmes de santé (par exemple la malnutrition) ; dépistage parmi les très jeunes patients, chez qui la progression de la maladie est plus rapide et moins spécifique ; et, ce qui est particulièrement important, introduction de mesures de lutte contre les infections à domicile. Ensemble, ces activités agissent comme des mesures de prévention primaire, modifiant l'environnement et brisant le cycle de transmission au sein des familles et plus largement dans la communauté.

Pendant leurs visites à domicile, les personnels infirmiers informent les familles sur les mesures de contrôle de l'infection et sur le dépistage des signes et symptômes de la tuberculose. Les infirmières orientent les patients concernés vers les tests de diagnostic et s'assurent que les résultats sont bien transmis aux équipes médicales et aux familles concernées.

Une fois le traitement commencé, les infirmières surveillent et gèrent la croissance et le bien-être des enfants, l'observance du traitement et ses effets secondaires. Elles s'assurent que les enfants reçoivent des médicaments adaptés à leur âge et que les familles bénéficient d’un soutien nutritionnel, si nécessaire.

Davlatmo Safaralieva travaille depuis 2009 à l’hôpital antituberculeux de Machiton, où elle est infirmière principale au service pédiatrique.

« Ces dernières années, notre approche des soins aux enfants a progressivement changé. Désormais, nous assurons le soutien aux familles et des services de nutrition, et avons ouvert un espace de jeu accueillant pour les enfants. Nous voulons susciter un environnement qui permette à l'enfant de rester motivé pour poursuivre son traitement. Pour la prise des médicaments, nous avons recours aux yaourts, aux confitures et aux cacahuètes, qui facilitent beaucoup le travail tant pour les enfants que pour les infirmières. Les dosages ont aussi été adaptés aux besoins des petits. Les enfants adorent quand les infirmières collent une étoile ou un smiley au tableau à chaque fois qu’ils ont bien pris leur médicament : c'est comme une note à l'école. Les mères sont heureuses que leurs enfants soient au centre de nos soins. »

La recherche des contacts est un élément essentiel de la détection des cas. Un effort concerté depuis 2016 a permis d’effectuer environ 6000 visites de membres des familles et de contacts proches. Nous avons ainsi pu détecter et inclure dans la cohorte du ministère de la santé et de MSF 57 patients atteints de tuberculose résistante, en majorité des enfants, mais aussi quelques contacts adultes. Ces cas représentaient 34 % des nouveaux traitements en 2016, avant de passer à 55,8 % en 2017.