Le succès des programmes de vaccination à grande échelle contre la COVID-19 dépendra des infirmières en première ligne et des infirmières leaders au plus haut niveau gouvernemental

12 Novembre 2020

cover

Le Conseil International des Infirmières (CII) appelle les gouvernements à veiller à ce que les leaders des soins infirmiers soient au cœur de la planification et de la mise en œuvre de toute proposition de programme de vaccination à grande échelle. Cela permettra de garantir une répartition et une administration justes et efficaces des vaccins, une fois disponibles.

Le CII salue les récentes et encourageantes nouvelles relatives à la phase trois d’une vaste étude sur les vaccins ; une fois qu’ils seront disponibles, nous avons hâte que débutent les programmes de vaccination à grande échelle. Néanmoins, la livraison de deux milliards de doses prévue d’ici fin 2021 dépendra en grande partie des personnels de santé dans le monde, dont 27 millions d’infirmières, qui sont à la limite du point de rupture du fait de la pandémie.

Howard Catton, le Directeur général du CII, a déclaré :

« C’est une excellente nouvelle qu’un vaccin soit bientôt disponible : cela donne l’espoir à des milliards de personnes que cette pandémie cauchemardesque soit maîtrisée. Mais mener à bien un programme de vaccination est bien plus qu’une piqûre dans le bras, et la tâche titanesque et sans précédent que constitue la vaccination des habitants de la planète équivaut, en termes de santé publique, à envoyer quelqu’un sur la lune. »

« Les organismes de santé et les pouvoirs publics doivent bien mesurer l’ampleur de cette tâche et faire tout le nécessaire pour garantir au personnel l’appui dont il a besoin. Un moyen d’y parvenir est d’intégrer des infirmières leaders dans les équipes de gestion menant la campagne de vaccination, de la plus petite circonscription à l’échelon national. »

Le CII estime que les programmes de vaccination à grande échelle se heurteront à un certain nombre d’obstacles que seules des infirmières expérimentées peuvent contribuer à surmonter. Parmi ces obstacles, citons :

  • une partie du grand public qui n’a pas confiance au vaccin
  • l’accès au vaccin de groupes difficiles à atteindre
  • des facteurs socio-économiques empêchant certaines personnes d’accéder aux services de vaccination
  • le fait que certains pays ne permettent pas aux infirmières de travailler de façon autonome et dans toute l’étendue de leur domaine de pratique
  • la nécessité de dispenser des soins globaux et ne pas se contenter de centres de vaccination.

M. Catton a ajouté :

« Le rapport du CII sur le rôle des infirmières dans la vaccination a montré qu’elles sont au cœur de l’administration des vaccins dans le monde entier, mais les programmes de vaccination à cette échelle requièrent l’apport des infirmières leaders dès le début pour garantir une planification, une gestion et un suivi adéquats et des résultats justes et efficaces. »

« La majorité des effectifs chargés d’administrer les vaccins et de dispenser des conseils seront constitués d’infirmières, qui sont déjà sur la corde raide au vu des exigences de la deuxième vague de virus et des niveaux d’infection et de maladie, toujours aussi inquiétants. Les données du CII et les recherches récentes publiées dans le British Medical Journal montrent le risque élevé que constitue la COVID-19 pour le personnel soignant en contact avec les patients : il faut lui accorder la priorité pour le vaccin afin qu’il puisse tenir les promesses du vaccin et afin de protéger les systèmes de santé où il travaille. »

« Le CII n’a aucun doute sur le fait que les infirmières et leurs collègues agents de santé sont résolus à mener à bien la campagne de vaccination avec le même courage et la même volonté dont ils ont fait preuve tout au long de la pandémie. Il appartient aux pouvoirs publics de veiller à ce qu’ils disposent du soutien requis pour mener à bien cette tâche. »

Télécharger le communiqué de presse ici