Cover

Journée internationale des infirmières: Étude de cas de la semaine

19 Mai 2020


Services d’oncologie durant la pandémie de COVID-19: Irlande

Contributeur: Charlotte Ryan

Je travaille comme infirmière de pratique avancée (IPA) en oncologie médicale à l’hôpital universitaire de Limerick (Irlande). Ce service est conforme à la Stratégie nationale irlandaise de lutte contre le cancer 2017-2026, qui stipule la nécessité de développer et de promouvoir des filières de soins efficaces pour les patients atteints de cancer.

Parmi les patients avec lesquels je travaille figurent des personnes auxquelles l’on a diagnostiqué un cancer des testicules ou des lymphomes et qui sont suivies ou contrôlées par le consultant oncologue médical. Mon rôle est de les suivre et d’intervenir pour les effets à long terme et tardifs du cancer et de son traitement, notamment de :

  • Surveiller et détecter des récidives du cancer
  • Favoriser l’autogestion
  • Former à reconnaître et prévenir les nouveaux cancers
  • Surveiller et intervenir, le cas échéant, sur les conséquences psychologiques et sociales.

Depuis l’apparition de la COVID-19, j’ai dû changer ma façon de faire et mettre en place un nouveau service pour examiner et soutenir mes patients, qui sont en isolement et protégés du virus.

Durant la pandémie de COVID-19, nos services d’oncologie restent pleinement fonctionnels. Mais pour réduire le nombre de personnes se rendant en soins ambulatoires et réduire au minimum le risque de transmission de COVID-19 à la collectivité, nous avons créé une clinique d’oncologie médicale virtuelle de pratique infirmière avancée, pour assurer des consultations par téléphone.

Pour organiser et faire fonctionner le service, nous avons contacté par téléphone chaque patient dont le rendez-vous était programmé à la clinique pour l’informer du changement des modalités et obtenir son accord.

Des rendez-vous virtuels sont fixés pour une consultation dont j’ai la charge, les patients requérant une prise de sang se voyant attribuer un rendez-vous dans un service de phlébotomie. Avant de se présenter pour une prise de sang, les patients sont soumis à un test de dépistage de la COVID-19 au moyen d’un questionnaire devant déterminer les signes et les symptômes du virus.

La consultation téléphonique se déroule une fois que tous les résultats sanguins et les notes médicales sont disponibles. Les patients se pèsent chez eux et sont interrogés sur les symptômes afin d’identifier une éventuelle récidive de leur cancer. On leur indique également comment s’examiner, on leur formule des conseils en matière de promotion de la santé et on leur offre un appui et des informations complémentaires, le cas échéant.

Si des éléments probants de forme active de la maladie sont détectés, les patients font l’objet d’un suivi approprié après discussion avec le consultant oncologue médical.

Les patients disposent de mon numéro de téléphone et ont demandé à m’appeler s’ils s’inquiètent ou développent de nouveaux symptômes entre deux rendez-vous.

Des notes médicales sont rédigées lors des consultations et un courrier est envoyé au médecin généraliste qui suit le patient et tout autre consultant concerné par les soins. La clinique est bien perçue par les patients, qui déclarent se sentir en sécurité, soutenus et rassurés.

Soutien de l’équipe

Depuis l’apparition de la COVID-19, mes collègues et moi-même avons adopté une approche stratégique des changements que nous avons apportés. Nous organisons régulièrement des réunions de compte rendu pour garantir une communication fluide.

Les infirmières se soutiennent les unes les autres en cette période difficile. Notre équipe est soudée et nous maintenons un environnement propice pour que personnel puisse exprimer ouvertement ses inquiétudes et fêter ses succès : pendant cette période, nous avons organisé des repas chauds pour nous donner du moral.

Nous avons géré le stress grâce à nos réunions de compte rendu avec les collègues et grâce à nos familles et nos amis, qui nous soutiennent au quotidien.

La COVID-19 ne nous laissait pas d’autre choix que de relever le défi. J’ai assumé beaucoup plus de responsabilités, je suis donc plus consciente que jamais de mon champ de pratique et du fait que je dois dispenser les soins les plus sûrs.

C’est très gratifiant de constater que notre travail est largement reconnu dans notre collectivité et que tout le monde nous appuie pleinement.

Après la fin de la pandémie, je sais que je serai exténuée. Le retour à la normale sera difficile et réclamera un audit du service pour évaluer s’il est possible de revenir aux anciennes méthodes de travail. Mais je suis certaine que nous aurons fourni un bon service aux patients et qu’il n’y aura pas de liste d’attente pour les consultations.