Cover

Journée internationale des infirmières: Étude de cas de la semaine

21 Avril 2020


Renforcer l’accès, l’équité et la qualité des soins d’urgence en améliorant l’évaluation infirmière dans les services d’urgence : Australie

Contributeur: Professeur Kate Curtis

Case study photo

Ce n’est pas uniquement pendant les pandémies que les infirmières sont aux avant-postes des soins d’urgence. Les quelque 300 infirmières urgentistes du district sanitaire d’Illawarra Shoalhaven (Nouvelle-Galles du Sud, Australie) prennent en charge plus de 150 000 patients par an, dont un tiers d’enfants.

Ces infirmières sont responsables, avec d’autres praticiens urgentistes de première ligne, de l’évaluation initiale, de la prise en charge et de la sécurité de patients gravement malades. Elles sont les premières, et parfois les seules, cliniciennes que les patients consultent : c’est pourquoi la qualité de leurs évaluations initiales et des traitements qu’elles prodiguent est vitale.

Les soins d’urgence sont une composante essentielle de tous les systèmes de santé. Le nombre de consultations dans les services d’urgence augmente de manière exponentielle partout dans le monde. Améliorer les soins d’urgence revient à sauver des vies, à prévenir la morbidité secondaire et à réduire la durée du rétablissement. La capacité de détecter, de traiter et de prendre en charge en temps opportun les personnes gravement malades, aux niveaux adéquats du système de santé, est un élément fondamental de la qualité et de la sécurité des soins de santé.

Les services d’urgence constituent un environnement de soins particulièrement difficile. Le rôle des urgentistes est radicalement différent de celui d’autres spécialités. Ils procèdent aux évaluations et lancent des soins relevant de niveaux variables d’urgence clinique et de gravité pour des patients de tous âges, dont la plupart ne sont pas diagnostiqués ni différenciés.

Les urgentistes, y compris les infirmières urgentistes, réalisent une évaluation complète et, si nécessaire, lancent des investigations et des interventions. Cette évaluation détermine les décisions cliniques et la sécurité des soins en permettant de détecter et prévenir la détérioration de l’état du patient, ou d’agir si cette détérioration survient. La qualité et la rapidité de cette évaluation sont déterminantes car les patients des services d'urgence doivent souvent attendre plus longtemps un examen de niveau supérieur. L’incapacité de détecter les patients dont l'état se détériore et de réagir à cette détérioration augmente l'incidence des événements indésirables à forte mortalité.

Les approches structurées de l'évaluation des patients traumatisés, comme l'enquête primaire, améliorent la prestation des soins et les résultats pour les patients. La normalisation de l'évaluation générique des urgences, au-delà de la libération des voies aériennes, de la ventilation pulmonaire et de la circulation sanguine (« ABC »), améliore la pertinence de l'évaluation d'urgence, réduit les variations injustifiées dans les soins, facilite la détection d’une détérioration clinique et la réaction en temps utile, réduit le délai avant le traitement définitif et enfin maximise la qualité des résultats. L'amélioration de l'évaluation clinique est considérée comme nécessaire par l'Organisation mondiale de la Santé.

Le professeur Kate Curtis et son équipe ont mis au point un modèle complet d'évaluation et de prestation des soins d’urgence, applicable à tous les patients et indépendamment du contexte, du niveau de compétence clinique et des ressources. Ce modèle dit HIRAID (History, Identify Red flags, Assessment, Interventions, Diagnostics, communication and reassessment) est décrit dans la Figure 1.

Figure 1

Des conseils pour la mise en œuvre du nouveau modèle et un kit de formation pour infirmières urgentistes ont été élaborés. Le modèle HIRAID est maintenant appliqué par plusieurs services d'urgence en Australie et à l'étranger.

Ressources disponibles : littérature présentant le corpus de preuves pour chaque composante et démontrant l'efficacité du modèle ; programme d'études, plan de leçons et manuels pour la formation des infirmières en début de carrière et pour la formation pratique des formateurs ; ressources pédagogiques ; et paquet d'outils de mise en œuvre, y compris techniques de changement de comportement.

En appliquant le modèle HIRAID, les infirmières urgentistes deviennent plus efficaces et améliorent leur communication ainsi que la détection des indicateurs cliniques et historiques d’une urgence. Ces aspects essentiels de la pratique infirmière clinique contribuent à l'amélioration des soins et des résultats pour les patients. Le personnel infirmier et médical des services d’urgence juge que le modèle HIRAID est utile dans l'environnement clinique pour améliorer la cohérence, la documentation et la communication.

La prise en charge des urgences humaines par des soins médicaux optimaux prodigués en temps utile répond au troisième Objectif de développement durable (santé et bien-être). Des ateliers de formation des formateurs au modèle HIRAID ont été organisés au Népal, à Sri Lanka, aux Fidji, en Colombie et dans toute l'Australie.