« Des applaudissements sans des mesures concrètes ne sont désormais plus acceptables » - Le CII se joint à l’appel de S.A.R. la Princesse Muna al-Hussein pour soutenir les infirmières et les autres agents de santé

9 Novembre 2020

Cover

La Princesse Muna al-Hussein de Jordanie a salué la contribution des agents de santé, leur courage et leur lutte acharnée contre la COVID-19, et a déclaré que « des applaudissements sans des mesures concrètes ne sont désormais plus acceptables ». Le CII souscrit à ses déclarations et appelle à des mesures immédiates pour préserver la santé et le bien-être des infirmières et des autres agents de santé.

S’exprimant aujourd’hui lors de l’ouverture de la 73ème Assemblée mondiale de la Santé (AMS), la Princesse a qualifié les agents de santé de « héros » et a rappelé l’engagement de l’AMS à agir durant la crise de maladie à virus Ebola, déclarant :

« La pandémie de COVID-19 est là et, une fois de plus, chers amis, des agents de santé meurent, cette fois-ci par milliers, la majorité étant des infirmières. »

« Nous devons investir dans les agents de santé. Nous devons investir dans la formation et l’emploi d’un plus grand nombre d’entre eux pour garantir que chaque mère, enfant, étudiant, parent et grand-parent ait accès à des services de santé sûrs. Nous devons investir dans une rémunération juste et la protection des agents de santé et des soins. Nous devons investir dans des personnels de santé qui aideront le monde à se relever. »

Howard Catton, le Directeur général du CII, a déclaré que l’intervention de la Princesse Muna reflète les préoccupations du CII et souligne la nécessité de mesures fortes à l’échelon mondial dès maintenant, afin que les discours des derniers mois se réalisent concrètement sur le terrain. »

Annette Kennedy, la Présidente du CII, a adressé ses remerciements à la Princesse Muna pour son leadership et sa contribution extraordinaires durant les six dernières décennies et salué son appel fort à l’action.

« Nous faisons front commun avec Son Altesse Royale et soutenons de tout cœur son appel aux dirigeants de pays à investir dans les systèmes de santé et les agents de santé. Cette pandémie a mis en évidence la fragilité des systèmes de santé et la nécessité absolue pour tous les pays d’être mieux préparés. »

« La pandémie a également mis en lumière le rôle des infirmières et des autres agents de santé partout dans le monde et, bien que les manifestations publiques de soutien aient été merveilleuses, ils ont besoin de davantage que des applaudissements et des paroles pour continuer de dispenser des soins vitaux. Le CII fait part de sa solidarité avec la Princesse Muna, qui a appelé l’AMS à s’engager à prendre des mesures. »

M. Catton a ajouté : « La Princesse Muna a absolument raison, il temps d’agir, pas d’applaudir. Depuis des mois nous disons ce qu’il faut faire, dans notre appel à l’action, nos rapports et nos actualisations régulières, et il est déplorable que toutes les mesures requises n’aient pas encore été prises. En bref, les pouvoirs publics doivent recueillir et analyser les données relatives aux infections et aux décès des infirmières, reconnaître la COVID-19 comme une maladie professionnelle, garantir la disponibilité d’équipements de protection individuelle dans tous les établissements de soins, avoir une tolérance zéro à l’égard de la discrimination et de la violence, augmenter les salaires des infirmières, investir dans la formation et l’éducation, accorder la priorité aux infirmières pour les vaccins, garantir un soutien en matière de santé mentale et accroître le nombre d’infirmières leaders et leur donner plus de responsabilités. »

« Après la pandémie, il y aura sans doute des enquêtes et des investigations sur la façon dont elle a été gérée. Il n’y a pas d’excuse. Le CII a clairement indiqué les mesures à prendre. Le monde regarde, et les dirigeants doivent désormais agir. »

Son Altesse Royale la Princesse Muna al-Hussein plaide de longue date pour les soins infirmiers, défend le Conseil international des infirmières (CII) et marraine l’Organisation mondiale de la Santé pour les soins infirmiers et obstétriques dans la région de la Méditerranée orientale.

Lors de son discours liminaire à l’AMS organisée en visioconférence, la Princesse a rappelé aux délégués que les agents de santé poursuivent la lutte contre d’autres défis de santé : « Les maladies évitables continuent de tuer les jeunes enfants ; les mères continuent d’accoucher ; le cancer requiert encore et toujours un traitement ; nos aînés continuent d’avoir besoin de services de santé et de soins. »

Elle a également souligné qu’une fois qu’un vaccin sera disponible, « nous ferons face à une tâche colossale consistant à vacciner des milliards de personnes. Aucun pays ne réussira à mener à bien cette tâche sans préparer comme il faut son système de santé. »

Sachant que 70 % des agents de santé dans le monde sont des femmes, Son Altesse Royale a également évoqué la nécessité « d’investir dans des politiques transformatives, d’égalité des sexes et de droits des femmes. »

Télécharger le communiqué de presse ici