Un partenariat CII-J&J-AMFC-AKU pour soutenir les agents de santé de première ligne en Afrique subsaharienne et au Moyen-Orient afin de lutter contre la COVID-19

10 Juin 2020

cover

En réponse à la pandémie de COVID-19, Johnson & Johnson a noué un nouveau partenariat avec l’Alliance mondiale pour la formation continue (AMFC), l’École d’infirmières et de sages-femmes de l’Université Aga Khan d’Afrique de l’Est (AKU) et le Conseil International des Infirmières (CII), en vue de soutenir les agents de santé de première ligne.

Cette collaboration a permis l’élaboration d’un programme de formation ciblé qui sera dispensé par le biais d’une application mobile et projette d’atteindre 600 000 infirmières et sages-femmes en Afrique subsaharienne et au Moyen-Orient.

  • L’AKU a établi un programme diplômant sur la COVID-19, avec six modules adaptés de la formation de l’OMS 
  • Le CII a soutenu des conseils d’infirmières et des ministères de la santé, grâce à sa collaboration avec les associations d’infirmières 
  • L’AMFC met à disposition ces connaissances à grande échelle à travers sa plateforme virtuelle et sa capacité de formation reposant sur la téléphonie mobile 
  • Johnson & Johnson finance la mise en œuvre dans dix pays prioritaires d’Afrique subsaharienne : Afrique du Sud, Côte d’Ivoire, Éthiopie, Ghana, Kenya, Nigéria, Ouganda, Rwanda, Sénégal et Tanzanie. La mise en œuvre en Égypte, en Jordanie et dans d’autres pays du Moyen-Orient est en attente de confirmation.

« Un élément vital de notre réponse à la COVID-19 est le renforcement des systèmes de santé, par le soutien et la défense des personnes en première ligne qui sont au cœur de la prestation des soins. Cette ambition n’a jamais été aussi importante qu’aujourd’hui, sachant que nous faisons face à la plus grande crise des soins de santé de notre époque », a déclaré Luis Diaz-Rubio, le Directeur général chargé des marchés émergents chez Janssen et membre du Conseil d’administration de la Johnson & Johnson Foundation (Écosse). « Le partenariat annoncé aujourd’hui nous permettra de partager davantage de connaissances plus vite et plus efficacement avec un plus grand nombre d’agents de santé de première ligne, ce qui donnera de meilleurs résultats sur le long terme et nous aidera à vaincre ensemble cette maladie. »

Howard Catton, le Directeur général du CII, a déclaré : « Veiller à ce que les infirmières disposent des informations, de la formation et des conseils les plus à jour sur la COVID-19 est une priorité pour le CII. Nous offrons un certain nombre de ressources gratuites – dont la plateforme de l’AMFC – sur notre Plateforme COVID-19. Cette application mobile sera un complément utile aux infirmières en vue d’être mieux préparées à lutter contre cette pandémie. »

Le contenu élaboré pour l’application est ouvert et actuellement disponible en anglais, arabe et français. Outre qu’elle permet au programme d’atteindre un nombre très important d’agents de première ligne, l’application favorisera le partage d’informations, en ouvrant des canaux de retour d’information efficaces et rapides qui, à leur tour, donneront un meilleur aperçu des besoins en matière de formation et de l’expérience des agents de première ligne dans ces pays.

Craig Fitzpatrick, le Directeur de la région EMEA de l’AMFC, a déclaré : « Pour faire face à la COVID-19, et grâce au soutien de la Johnson & Johnson Foundation et de l’École d’infirmières et de sages-femmes de l’Université Aga Khan d’Afrique de l’Est – nos précieux partenaires de formation –, nous pouvons fournir des ressources de formation à beaucoup plus d’infirmières, de sages-femmes et d’agents médicaux afin de contribuer à vaincre la pandémie. »

« L’état de préparation des infirmières et des sages-femmes en première ligne de la lutte contre la COVID-19 est essentiel pour combattre avec succès la pandémie », a déclaré le Dr Eunice Ndirangu, Doyenne de l’École des infirmières et des sages-femmes (SONAM) de l’Université Aga Khan. Grâce à l’utilisation d’une application en ligne et mobile, la SONAM, en partenariat avec Johnson & Johnson et l’AMFC, peut garantir l’accès aux infirmières et aux sages-femmes, même dans les zones rurales et difficiles d’accès. »

Télécharger le communiqué ici.