Cover

Journée internationale des infirmières: Étude de cas de la semaine

29 Octobre 2020


Journée mondiale de l’accident vasculaire cérébral : les infirmières font évoluer la pratique des soins infirmiers liée à l’accident vasculaire cérébral

Collaboratrice : Professeure Sandy Middleton, Australie

WSD

La pratique des soins infirmiers liée aux AVC a évolué aux échelons national et international grâce au programme QASC. Dirigé par la professeure Sandy Middleton (FACN) et l’équipe du Nursing Research Institute – une collaboration entre l’Australian Catholic University, St Vincent’s Health Australia Sydney et St Vincent’s Hospital Melbourne –, l’essai en grappes, contrôlé, avec répartition aléatoire, a permis de renforcer la prise en charge de la fièvre, de l’hyperglycémie (augmentation du glucose) et des difficultés de déglutition, autant de gros problèmes faisant suite à un AVC. Avant le début de nos essais, ces éléments n’étaient pas bien traités, ce qui prouve qu’il y avait des lacunes en matière de pratique clinique1.

En collaborant avec des infirmières, des orthophonistes et des médecins de 19 hôpitaux de Nouvelle-Galles du Sud, nous avons créé des protocoles initiés par les infirmières, les protocoles Fever, Sugar, Swallowing (FeSS, ou fièvre, sucre, déglutition), à appliquer dans les 72 premières heures de l’admission à l’hôpital après un AVC.

La mise en œuvre des protocoles FeSS a permis une réduction nette, en valeur absolue, de 16 % des décès et de la dépendance, 90 jours après l’AVC2. Notre stratégie de mise en œuvre fondée sur des données probantes a consisté à évaluer les obstacles au niveau local, à organiser des ateliers multidisciplinaires, des activités de formation et à mettre en avant de fers de lance cliniques. D’une grande importance du point de vue clinique, le résultat de notre intervention a été bien supérieur à l’aspirine, aux soins en unité neuro-vasculaire ou aux thrombolytiques (médicaments pour dissoudre les caillots) administrés dans les 4 à 5 heures suivant le début de l’AVC.

Nos recherches menées par la suite ont montré une amélioration nette et durable de la survie, plus de 20 % des patients ayant une plus grande probabilité d’être en vie après quatre ans3. Une évaluation économique indépendante réalisée par l’Australian Commission on Safety and Quality in Health Care (Commission australienne sur la sécurité et la qualité des soins de santé) a démontré des économies s’élevant à 281 millions de dollars australiens sur 12 mois si les protocoles FeSS étaient mis en œuvre chez seulement 65 % des patients éligibles4. Ces travaux de recherche montrent que le suivi et les soins reposant sur des données probantes dispensés par les infirmières après un AVC, améliorent la qualité de vie et permettent au système de santé de faire des économies5.

Faisant fond sur ces recherches et œuvrant en relation étroite avec des partenaires du secteur, notre équipe a réussi à mettre en place les protocoles FeSS dans les 36 unités neuro-vasculaires de Nouvelle-Galles du Sud. Nos résultats ont montré qu’une plus grande proportion de patients recevait des soins fondés sur des données probantes pour les AVC6. Des recherches ultérieures impliquant l’examen de 12 000 patients ont montré un recours accru aux protocoles FeSS dans toute l’Australie7. Il s’agit d’un exemple exceptionnel d’intensification et de diffusion à l’échelon national d’une intervention des soins infirmiers.

Nous travaillons actuellement avec l’European Stroke Organisation et la Angels Initiative pour mettre en œuvre et évaluer l’adoption des protocoles FeSS dans 18 pays européens : Allemagne, Bélarus, Bulgarie, Espagne, France, Géorgie, Hongrie, Italie, Kazakhstan, Macédoine du Nord, Pologne, Portugal, République de Moldova, République tchèque, Roumanie, Russie, Slovaquie et Ukraine8. Les protocoles FeSS, ainsi que d’autres ressources, ont été traduits dans 13 langues. Nombre des hôpitaux participants sont issus de pays manquant de ressources et n’ayant pas accès aux derniers traitements contre les AVC, notamment aux thrombolytiques ou aux dispositifs de retrait de caillot. Aussi, adopter des protocoles de soins infirmiers fondés sur des données probantes peut nettement réduire le nombre de décès et d’incapacités liés à un AVC dans ces pays. À ce jour, 65 hôpitaux européens ont accepté de participer à l’initiative en fournissant des données de plus de 2 500 patients. Nous avons également reçu des manifestations d’intérêt de 27 autres pays de la planète réclamant une aide pour mettre en œuvre les protocoles FeSS.

Outre l’amélioration de la santé et l’utilité économique, nos recherches de grande portée ont conduit à modifier des politiques générales et des directives nationales et internationales, dont les protocoles publics relatifs aux AVC9,10, les recommandations de directives cliniques en Australie11, au Royaume-Uni12 et le protocole national roumain sur les AVC13. Tous les outils sont accessibles au public et téléchargeables sur www.acu.edu.au/qasc.

Les enseignements exhaustifs tirés de la traduction à grande échelle des résultats fondés sur des données probantes dans plusieurs pays intéresseront les infirmières du monde entier. Notre intervention pionnière s’applique à tous les patients victimes d’AVC et cadre parfaitement avec les zones rurales et reculées où les services et les ressources en la matière peuvent être moins faciles d’accès.

Les implications pour la pratique clinique vont au-delà des soins relatifs à l’AVC. Il convient de noter que les protocoles FeSS ont été initiés par des infirmières et démontrent l’intérêt de faire consciencieusement des gestes simples. Ils constituent un exemple remarquable d’infirmières montrant la voie à suivre pour améliorer les processus et les résultats des soins aux patients, et illustrent également l’application et la diffusion à plus grande échelle d’une intervention ayant fait ses preuves. Notre programme de recherche met spectaculairement en lumière la précieuse contribution des infirmières au quotidien.

Voir les références ici

IND WSD