• Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

2005 - Le crime des contrefaçons


ind2005_FR

Chères(ers) Collègues,

En tant qu’infirmières, nous sommes préoccupées par la sécurité de nos patients. Or, les médicaments de contrefaçon menacent gravement cette sécurité. Le CII a décidé de retenir ce thème pour la prochaine Journée internationale de l’infirmière, en mai 2005, par laquelle nous nous efforcerons de sensibiliser nos collègues à ce problème. Dans l’immédiat, nous vous proposons une série d’outils qui vous permettront d’agir sans attendre. Les faux médicaments représentent plus de 10% de la totalité des médicaments disponibles sur le marché. On les trouve dans les pays industrialisés comme dans les pays en voie de développement. L’Organisation mondiale de la santé estime qu’un quart des médicaments utilisés dans ces derniers pays sont des faux ou de qualité inférieure.

En 2004, un sondage Gallup portant sur l’honnêteté et les normes déontologiques de plusieurs professions a montré que les infirmières, pour la cinquième année consécutive sur six, jouissent du plus grand capital de confiance de la part du public. Mais cette confiance dans les professionnels et les systèmes de santé est ébranlée par les faux médicaments. La santé des patients étant menacée, nous estimons qu’il est grand temps d’agir. En effet, les faux médicaments sont dangereux et inefficaces. Ils entraînent des dépenses inutiles, qu’il s’agisse des coûts d’achat, d’inventaire, de transport ou de distribution. Leurs effets sont nuls ou insignifiants, quand ils ne sont pas désastreux : empoisonnement, handicap ou décès des patients.

Le thème de la journée internationale de l’infirmière en 2005 sera donc : Les infirmières s’engagent pour la sécurité des patients : lutte contre les médicaments de contrefaçon et de qualité inférieure. Le choix de ce thème coïncide avec le lancement par le CII d’une campagne multisectorielle, fédérant les efforts d’autres professions de santé, d’associations de patients, de représentants de l’industrie et des décideurs politiques. Cette campagne vise à :

  • Augmenter la sensibilisation et la compréhension du phénomène des médicaments de contrefaçon ;
  • Mettre à la disposition des infirmières des procédures d’identification des faux médicaments et de dénonciation des médicaments douteux ;
  • Encourager les infirmières et les autres professionnels de la santé à faire pression sur les autorités et les gouvernements pour qu’ils prennent la mesure des dangers que posent les médicaments de contrefaçon.

Les infirmières, en première ligne de la lutte pour la santé, sont notamment chargées de l’administration des médicaments. Souvent, nous avons aussi un rôle prescripteur en la matière, notamment dans les contextes de soins de santé primaires. Nous sommes donc particulièrement bien placées pour contrôler l’efficacité et les effets secondaires des médicaments. Nous devons être vigilantes et en mesure de repérer les signes de la contrefaçon : conditionnement défectueux, mauvais étiquetage, etc. Les infirmières doivent également informer le public des dangers potentiels posés par l’achat de médicaments sur l’Internet ou auprès de marchands à la sauvette. Nos patients ont confiance en nous, nous devons mériter cette confiance. En luttant contre les faux médicaments, les infirmières contribuent à la sécurité des patients et favorisent la confiance du public dans les systèmes de santé.

Avec nos meilleures salutations,

Christine Hancock
Présidente
Judith A. Oulton
Directrice générale
Mise à jour le Jeudi, 03 Avril 2014