Diabetes and Depression

Diabète et dépression

Dans le cadre de son engagement pour la prévention et le contrôle des maladies non transmissibles, le CII s’est associé au Dialogue sur le diabète et la dépression (DDD) – une initiative internationale multipartite – et à l’Association pour l’amélioration des programmes de santé mentale (AIMHP). Les trois partenaires sont engagés à appliquer un Programme africain de formation d’infirmières (ANTP) à la sensibilisation, à la reconnaissance et à la prise en charge de la comorbidité diabète et dépression.

Près d’un tiers des personnes atteintes de diabète souffrent de troubles dépressifs cliniques concomitants, tandis que les personnes dépressives ont deux fois plus de risque de diabète que le reste de la population. Cette comorbidité complique la prise en charge des deux maladies.

Les infirmières sont les premières concernées par les difficultés de la prise en charge des patients atteints simultanément du diabète et de la dépression. Dans une première phase, l'ANTP sur le diabète cible six pays d'Afrique. Les activités ont commencé en octobre 2011 par une « formation de formateurs » (FdF) dans les pays suivants : Afrique du Sud, Botswana, Lesotho, Swaziland et Ouganda ; la FdF devrait être lancée au Kenya en juillet 2012. Le programme s'étendra à d’autres pays et régions.

La FdF est dispensée par un corps enseignant composé de représentants du CII, de deux psychiatres, d’une diabétologue, d’une infirmière enseignante détachée par la Fédération internationale du diabète et d’une infirmière cadre expérimentée. Au démarrage de la première phase du programme, le Directeur Général du CII, David Benton, déclarait : « Nous devons absolument tenir compte du lien étroit entre la santé mentale et la santé physique. Le programme de formation des infirmières considère les patients comme des individus au cœur de la démarche des soins et ayant leur mot à dire dans le processus de décision. Les infirmières sont idéalement placées pour montrer la voie vers la réalisation de cet objectif. »

Président du DDD, le Pr Sartorius observait pour sa part que « le Programme africain de formation d’infirmières est le premier du genre au niveau mondial. L’expérience acquise dans son application sera mise à profit pour lancer des initiatives similaires dans d’autres pays d’Afrique et du Moyen Orient notamment, où la fréquence du diabète et de la dépression augmente rapidement et entraîne de graves problèmes pour les individus et les sociétés. »

Composé de dix modules, l’enseignement analyse la relation de comorbidité entre le diabète et la dépression, mettant l'accent sur l'évaluation, l'éducation à la santé, la prise en charge clinique et les changements au sein de l’environnement de fourniture des soins de santé.

À ce jour, trente infirmières ont été formées dans chacun des pays suivants : Afrique du Sud, Botswana et Ouganda, et quinze tant au Lesotho qu'au Swaziland. En Ouganda, vingt-huit infirmières spécialisées dans le diabète ont en outre été formées à l’aspect dépressif de la comorbidité. Au total, 148 infirmières ont reçu un enseignement.

Le Programme africain de formation d’infirmières se distingue notamment par la manifestation publique organisée le premier jour de la FdF, en présence de représentants des Ministères de la santé et des médias, et au cours de laquelle une personne vivant avec le diabète est invitée à faire une présentation. L’ANTP bénéficie d’une bonne couverture médiatique, y compris entretiens et séances d’information. Nous disposons d'indications selon lesquelles l’ANTP a des effets positifs sur la santé publique de certains pays, surtout s'agissant de la sécurité et de la rentabilité des médicaments prescrits par les infirmières pour le traitement de la dépression.

Le contenu pédagogique du Programme a été soumis à une évaluation approfondie par les participants et les enseignants. Il est prévu de renouveler le matériel pédagogique cette année encore.

Mise à jour le Mercredi, 29 Février 2012