Comment l'éducation des filles sauve des vies et réduit la pauvreté

  • Éduquer les filles, c’est sauver la vie d’enfants : chaque année d’études supplémentaire suivie par les mères réduit la probabilité de mortalité infantile de 5 à 10 % (UNESCO 2011). En Afrique subsaharienne, les vies de 1,8 million d’enfants auraient pu être sauvées si leurs mères avaient suivi des études secondaires ou supérieures.
  • Les femmes qui ont été scolarisées dans leur enfance ont des revenus plus élevés, de même que leurs familles et leurs pays (Herz & Sperling 2004). Les filles scolarisées un an de plus que la moyenne nationale auront plus tard, également en moyenne, des salaires plus élevés de 10 à 20 % – un pourcentage encore plus important que chez les garçons. En particulier, les filles ayant suivi une scolarité secondaire verront leurs salaires augmenter de 18 %, contre 14 % pour les garçons (Levine et al. 2009).
  • L’éducation des filles fait baisser les taux de VIH/sida : les femmes ayant suivi une scolarité post-primaire ont cinq fois plus de chances que les femmes analphabètes d’être informées du problème du VIH et du sida (Vandermoortele & Delamonica 2000).
  • L’éducation des filles réduit la violence : les femmes instruites sont plus susceptibles de résister aux abus : violence domestique ; pratiques traditionnelles néfastes telles que mutilations génitales féminines ; et discrimination à la maison, au travail ou dans la société (Women Deliver).
  • Toute la famille profite de l’éducation des filles des filles : une mère instruite enverra plus souvent ses enfants à l'école (UNICEF). Elle disposera aussi d’un pouvoir de négociation plus fort dans son propre foyer, ce qui lui permettra d'obtenir davantage de ressources pour ses enfants (FNUAP).
  • L’éducation des filles améliore la santé maternelle : envoyer les filles à l'école pendant six années ou plus améliore considérablement et durablement les soins prénatals, post-partum, ainsi que le taux de survie des bébés (UNICEF). Chaque année d'éducation supplémentaire retarde l'âge du mariage d'une fille et réduit le nombre des enfants qu'elle aura (UNICEF 2007).
Mise à jour le Mercredi, 15 Janvier 2014