Coin de la presse Nouveautés 24 mars, Journée mondiale de lutte contre la tuberculose

24 mars, Journée mondiale de lutte contre la tuberculose

« Atteindre les trois millions »

Dépistage, traitement et guérison de la tuberculose accessibles à tous.

Sur les neuf millions de personnes qui, chaque année, contractent la tuberculose, un tiers n'a pas accès aux systèmes de santé adéquats.Le projet du CII de lutte contre la tuberculose et la tuberculose multi-résistante aux médicaments (TB/TB-MR) s’emploie à changer cette situation en procurant des compétences, une expertise et des connaissances dans la prévention, les soins et le traitement de la tuberculose à plus d’infirmières à travers le monde.

De tous les prestataires de soins de santé, les infirmières sont les mieux placées pour combler le fossé entre les institutions de santé et la communauté – fossé où tombent une bonne partie des trois millions de personnes qui n’ont pas accès aux systèmes de santé.L’intégration des services et la collaboration avec les collectivités locales permettent de créer un véritable continuum de soins. Dans ce cadre, les personnes qui éprouvent des symptômes ont effectivement accès aux tests appropriés et à leurs résultats. En cas de diagnostic positif à la tuberculose, elles bénéficient du traitement dont elles ont besoin, un traitement qui tient compte de leur mode de vie et de leurs autres priorités.

Le projet TB du CII bénéficie du soutien financier de l’United Way Worldwide octroyé par la Fondation Lilly au nom du Partenariat Lilly contre la TB-MR.

Nous avons le plaisir de partager avec vous les expériences d’infirmières spécialisées dans la lutte contre la tuberculose à travers le monde :

  • République populaire de Chine : Mme Meng Guiyun, est responsable du département des soins infirmiers de l’Institut thoracique d’Urumqi (Région autonome ouïghoure du Xinjiang, République populaire de Chine). Ancienne élève émérite du programme de formation transformative du CII, Mme Meng a ainsi participé aux deux formations organisées par le CII en 2009 et 2010 en République populaire de Chine. Depuis la formation initiale en 2009, Mme Meng a plaidé avec succès pour l’organisation de plusieurs formations destinées à des infirmières et d’autres prestataires de soins de santé dans son hôpital et dans plusieurs régions reculées du Xinjiang. En 2011, elle a formé dans cette région plus de 1000 travailleurs de soins de santé sur la tuberculose.

En outre, Mme Meng et plusieurs de ses collègues ayant participé à la formation de 2009 ont mis au point un manuel consacré à la prise en charge de la tuberculose. Remis aux personnels médicaux de plusieurs prisons, le manuel les aide à identifier les signes et symptômes de la tuberculose chez les détenus et leur donne des renseignements sur le traitement qui doit être prodigué. Mme Meng et ses collègues ont aussi organisé des formations destinées au personnel médical des prisons concernant plusieurs aspects de la tuberculose, y compris la prévention des infections.

Suite à la formation, Mme Meng a introduit des changements dans la pratique. Elle indique à ce propos qu'entre 2009 et 2011, le pourcentage du personnel incapable de citer correctement les médicaments utilisés pour traiter la tuberculose est tombé de 31,7 pour cent à 3,5 pour cent. Les erreurs de dosage de médicaments ont également chuté de 5,9 pour cent à 0,5 pour cent durant la même période. L’hôpital a enfin enregistré une diminution du taux de défaut des patients de 5,2 pour cent à 3,5 pour cent.

En outre, suite aux démarches fructueuses de Mme Meng pour renforcer les mesures de contrôle, l’hôpital a installé des lampes UV dans les salles réservées aux patients atteints de tuberculose et procédé à des améliorations dans la ventilation des mêmes salles. Ces mesures ont fait baisser le nombre des cas de tuberculose parmi les travailleurs de soins de santé de 27 en 2009 à 5 en 2011.

En 2013, Mme Meng, en collaboration avec une collègue, a rédigé et publié un ouvrage destiné aux infirmières et consacré au contrôle de l’infection et aux pratiques optimales en matière de prise en charge des patients tuberculeux. Le livre est aujourd’hui en vente dans toute la Chine.

  • Indonésie : Astusi Yuni Nursasi, chef de projet expérimentée, est la personne de référence du Projet de lutte contre la tuberculose du CII pour l’Association nationale des infirmières de l’Indonésie (INNA). Depuis 2010, elle a participé à trois ateliers en tant que co-formatrice et personne de référence de notre Projet. Yuni a fait preuve d’un grand sens de l’initiative, en particulier s’agissant du plaidoyer en faveur du rôle des soins infirmiers dans la prise en charge de la tuberculose. Elle a été personnellement impliqué dans l’élaboration de normes pour la pratique infirmière publiées par le programme national indonésien de lutte antituberculeuse. En octobre 2013, Mme Nursasi a présenté, devant la conférence de l’Union internationale de lutte contre la tuberculose et les maladies respiratoires qui se tenait à Paris, les résultats de la formation organisée en Indonésie. Aujourd’hui, Yuni rédige sa thèse

et prévoit de développer un modèle de soins infirmiers pour donner du pouvoir aux infirmières, aux travailleurs de santé volontaires, aux familles et aux patients tuberculeux, afin d’améliorer l’autonomie des patients qui suivent un traitement antituberculeux.

Yuni a participé au deuxième forum du Partenariat Halte à la tuberculose dans les régions Asie du Sud-est, Pacifique occidental et Méditerranée orientale (3-4 mars 2014). Elle sera présente au colloque national indonésien sur la tuberculose (29 mars 2014).

  • Russie : Irina Lyapina est infirmière-chef au dispensaire antituberculeux de la ville de Toliatti. Le projet TB/TB-MR du CII a changé sa vie professionnelle depuis qu’elle a participé aux premiers ateliers de « Formation de formateurs » consacrés aux soins contre la tuberculose et la tuberculose multirésistante, en 2009. Depuis cette date, Irina a formé de très nombreuses infirmières non seulement dans son dispensaire, mais également dans des établissements de soins primaires et dans des hôpitaux. Elle continue de dispenser son enseignement tant à des infirmières qu’à des étudiantes et suit elle-même des études. Elle s’intéresse à l'extension du rôle des soins infirmiers dans les soins aux patients souffrant de tuberculose. Elle s’intéresse aussi à la réalisation d’une étude portant sur la dépression chez les patients atteints de tuberculose et de VIH et sur les interventions de soins infirmiers qui pourraient s’avérer utiles pour contrôler la dépression.

Le dispensaire antituberculeux de Toliatti dispose d’une unité pour le traitement des patients atteints d’une coïnfection à la tuberculose et au VIH. Avant 2012, cette unité assurait un traitement antituberculeux contrôlé mais son personnel ne pouvait assurer de contrôle particulier du traitement contre le VIH. Les patients ou leurs familles devaient alors s’adresser au Centre antisida pour obtenir des médicaments antirétroviraux, une démarche qui n’était pas toujours couronnée de succès pour diverses raisons. En 2012, les rôles infirmiers de l’unité ont été étendus à la fourniture de traitements coordonnés et contrôlés contre la tuberculose et l’infection à VIH. Dans ce nouveau système, les antirétroviraux sont envoyés au poste de soins infirmiers et, après que l’infirmière-chef a établi la documentation nécessaire, distribués aux patients par les infirmières de l'unité. Les infirmières sont également chargées de dispenser le traitement contrôlé et de motiver les patients à poursuivre leur traitement. On sait que les patients qui suivent une double thérapie contre la tuberculose et le VIH souffrent d’effets secondaires tels que la dépression, qui est fréquente. Les infirmières surveillent le bien-être émotionnel des patients et interviennent, prodiguent le soutien nécessaire et demandent des consultations individuelles avec des spécialistes.

Grâce à toutes ces mesures, les indicateurs de succès du traitement dans l'unité se sont beaucoup améliorés. En 2012, 79% des patients renvoyés de l’unité étaient négatifs à la bactérie TB. En 2013, ce taux est monté à 86%. En outre, l’unité TB/VIH a enregistré une diminution du taux de mortalité.

Ressources du CII dans le domaine de la tuberculose :

 

Mise à jour le Lundi, 24 Mars 2014