Coin de la presse Nouveautés What's new - Archives Journée mondiale de l’enfance, 20 novembre 2012 : « Tous les enfants à l'école »

Journée mondiale de l’enfance, 20 novembre 2012 : « Tous les enfants à l'école »

  • Qu’est-ce que le Fonds pour l’éducation des fillettes ? Le Fonds pour l’éducation des fillettes finance la scolarité primaire et secondaire de jeunes filles de moins de 18 ans, orphelines d’infirmières, vivant dans des pays en voie de développement. À ce titre, le Fonds prend en charge leurs frais d’inscription ainsi que l’achat de leurs uniformes et manuels scolaires.  Le CII veille, de concert avec les Associations nationales d'infirmières qui lui sont affiliées, à ce que les sommes engagées soient effectivement consacrées à leur but.  Lire...

  • Pourquoi le Fonds met-il l’accent sur les filles ? À l’heure actuelle, 62 millions de filles dans le monde ne vont pas à l’école. Nombre de ces enfants ne suivront jamais une scolarité normale à moins que nous n'intervenions.  L’éducation a d’importantes conséquences sur tous les aspects de la vie d’une femme.  Selon l’UNICEF, « envoyer les filles à l'école pendant six années ou plus permet de faire progresser considérablement et durablement les soins prénatals, post-partum, et le taux de survie des bébés.

Le taux de mortalité des enfants de moins de cinq ans diminue aussi notablement. Les filles instruites ont une meilleure estime de soi et sont plus à même d'éviter l'infection par le VIH, la violence et l'exploitation, et de répandre de bonnes pratiques d'hygiène et de santé dans leur famille et leur communauté. Et une mère instruite tend plus souvent à envoyer ses propres enfants à l'école. »[1]  Une femme instruite a, de plus, de bien meilleures chances de gagner sa vie, avec des conséquences positives pour sa famille et pour la société en général.  

Éduquer les filles, c’est améliorer leur santé

  • Meilleure planification familiale.
  • Diminution de la mortalité des enfants : chaque jour, 2700 enfants de moins de 5 ans meurent inutilement parce que leurs mères ont été privées d’éducation dans leur jeunesse.
  • Moins de décès maternels à la naissance.
  • Baisse du taux d’infection au VIH/sida : les taux sont deux fois plus élevés chez les personnes n'ayant pas achevé l’école primaire.

Éduquer les filles, c’est leur assurer de meilleures perspectives professionnelles

  • Meilleure participation à la force de travail et augmentation des revenus disponibles pour les familles : chaque année de scolarisation supplémentaire d’une fille entraîne une augmentation d'environ 15 % de ses revenus en tant qu’adulte.
  • Meilleure chance que les enfants reçoivent une éducation : les enfants dont la mère n’a pas été scolarisée sont deux fois plus à risque d’être déscolarisés que les enfants dont la mère est instruite.

Que disent les filles ?  Nous avons reçu de nombreuses lettres de filles ayant obtenu leur diplôme grâce au Fonds. En voici quelques extraits :

« En plus de l’éducation, [le Fonds] donne un réconfort parental aux orphelines ainsi que l’espoir leur permettant de supporter une nouvelle journée et de sécher leurs larmes » – Ouganda

« Le fait de mener ma scolarité à son terme a donné un sens à ma vie. Cela m’a fait comprendre que je peux apporter ma propre contribution à la société. » - – Zambie

« J’ai enfin cessé de me sentir coupable et je profite désormais des équipements scolaires sans arrière-pensée. Il n’y a rien de plus libérateur qu'une conscience libre. Ce programme m’a ouvert d’innombrables possibilités, comme par exemple participer aux compétitions scientifiques, montrer mes talents poétiques lors des festivals et surtout exceller dans les branches académiques, comme je le voulais. »  – Kenya

« Le Fonds est venu à mon secours  quand ma mère est décédée, à un moment où je pensais que ma vie allait s'arrêter, puisque c'était la seule personne responsable de mon éducation.  Mais le Fonds est venu éclaircir mon avenir. J’ai entretemps terminé le lycée puis entamé des études de comptabilité. » - Swaziland

Prises de position du CII :

Fiches d’information :

 

  • Comment aider les filles à rester à l’école ? Nous soutenons actuellement 188 filles dans quatre pays de l'Afrique subsaharienne.  Nous dépendons de vos dons pour accompagner ces filles jusqu’au terme de leur scolarité.  Un don de 200 dollars permet d’acheter l’uniforme et les manuels scolaires et de couvrir les frais de scolarité d’une écolière pendant une année dans le primaire. Un don de 600 dollars couvre les mêmes frais dans le secondaire.  Un don de 5000 dollars assure l’intégralité du parcours scolaire primaire et secondaire d’une fillette. Si vous souhaitez contribuer à cette noble cause, rendez-vous dans notre magasin virtuel et choisissez la rubrique « Donations » (ou cliquez ici).


[1] www.unicef.org/mdg/maternal.html

Mise à jour le Lundi, 19 Novembre 2012